En train de devenir... Comment lâcher prise,tout en ne lâchant rien

Blog de Tâm Chân Hanh (Action Juste du Cœur)-un bouddhiste engagé plutôt du coté "extrême gauche" (la Gauche radicale , ANTI-CAPITALISTE) - pour un autre monde possible, plus juste, plus fraternel et plus humain.

31 mars 2017 : Depuis mon départ à la retraite ...

il y a 2 mois
Qu'ai je fait de mes journées?
Rien ou presque rien, à première vue (de celles et ceux qui ne me connaissant pas, me voyaient m'enfermer chez nous (...)

16 janvier 2009

Le Bouddhisme enseigne le détachement, pas l’indifférence

Un autre magnifique texte lu sur le site KARUNA LA COMPASSION EN ACTION de TINH-Y (site qui a malheureusement disparu) et dans lequel je me reconnais tout à fait ...

Si tous les hommes connaissent la maladie, la souffrance, la vieillesse et la mort, il n’en demeure pas moins que certaines populations partent avec un handicap par rapport à d’autres, puisque leurs maladies, cause de souffrance, auraient pu être évité.

Ce problème intéresse tout particulièrement les bouddhistes car Le Bouddha a enseigné la voie du Milieu.

Ce qu’enseigne le Bouddha, c’est la voie du milieu : apprendre à découvrir l’équilibre, l’harmonie qui nous rapproche du Dhamma. La voie du milieu consiste à éviter en toutes circonstances de se figer dans les extrêmes

Mais si la vie elle même, nous place, dés la naissance, dans des conditions extrêmes, nous ne pourrons pas suivre cette voie.

Lire : des inégalités face à la santé

Dans de telles conditions de détresse, personne ne peut suivre correctement cette voie, ce chemin, même si elle le désire vraiment.

La Théorie du Kamma (Karma) n’explique et surtout ne justifie pas tout.

Il faudrait être déjà à un stade très avancé, voir même déjà un Bouddha soit-même, pour pouvoir endurer ces souffrances avec équanimité.

Et même le Bouddha, puisqu’il était un homme, devait se nourrir et se soigner, pour pouvoir continuer d’enseigner.

Comment respecter les préceptes lorsque l’on souffre tellement que l’on n’est plus apte à réfléchir de manière sereine.

Comment être en Paix avec soi même si notre corps souffre de sous-alimentation.

Le Bouddha a toujours dit que les hommes devaient manger à leur faim (ni trop, ni trop peu) et prendre soin de leur corps, pour pouvoir suivre correctement ses enseignements.

Si la Vieillesse et la mort sont inévitables et que nous devons apprendre à les accepter , puisque rien n’est permanent,
en revanche, nous ne pouvons pas accepter, qu’à notre époque des enfants ou des adultes meurent de faim ou de soif ou de maladies liées à la pauvreté alors même qu’il existe des moyens pour les éviter.



Le Bouddhisme nous enseigne le détachement mais pas l’indifférence.

Kathy

Merci Kathy*, noble soeur pour ce magnifique texte... qui me permet d'avancer un peu sur mon chemin spirituel,
Camino... méditer et agir pour un autre monde possible

Puisse-je ne jamais l'oublier ...

Le Bouddhisme nous enseigne le détachement mais pas l’indifférence.

Tâm Chân Hanh (Action Juste du Coeur)

*Kathy qui écrivait sur KARUNA et qui a aussi crée cet admirable blog
http://bica-vipassana.blogspot.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire