En train de devenir... Comment lâcher prise,tout en ne lâchant rien

Blog de Tâm Chân Hanh (Action Juste du Cœur)-un bouddhiste engagé plutôt du coté "extrême gauche" (la Gauche radicale , ANTI-CAPITALISTE) - pour un autre monde possible, plus juste, plus fraternel et plus humain.

31 mars 2017 : Depuis mon départ à la retraite ...

il y a 2 mois
Qu'ai je fait de mes journées?
Rien ou presque rien, à première vue (de celles et ceux qui ne me connaissant pas, me voyaient m'enfermer chez nous (...)

15 décembre 2013

La méditation

 Qu'est ce que méditer ?


D'abord quelques définitions données lors de ses enseignements, par Thay (Thich Nhat Hanh):

-méditer c'est être conscient de ce qui se passe ici et maintenant dans notre corps, dans nos sensations, dans notre esprit et dans le monde.
-méditer, c'est avoir le temps de se regarder en profondeur
-méditer, c'est s'observer scientifiquement, c'est scanner son corps et son esprit,  c'est savoir appeler par leur vrai nom nos perturbations mentales. (il y a 51 formations mentales, c'est un enseignement donné au cours de la retraite des scientifiques)

-méditer,  c'est se réjouir d'observer sa respiration, son corps, ses sensations, son esprit et les objets de l'esprit.

La définition d'un lama de Dhagpo (lors d'une Conférence à Montauban) que j'aime beaucoup
-méditer, c'est revenir en amitié avec soi même. (mieux se connaître et s'aimer pour mieux aimer les autres)

Autre définition souvent donnée
-méditer c'est se familiariser (avec nous mêmes, ou avec une discipline)

On peut méditer, assis, debout, en marchant, allongé... ou pendant nos activités quotidiennes (méditation du travail);  là il s'agira de la méditation assise.

La méditation peut être guidée ou silencieuse.

La posture 
Nous sommes confortablement installés (Thich Nhat Hanh, insiste particulièrement sur la position qui doit être confortable) soit sur un coussin (Zafu) soit, pour celles et ceux qui ne le peuvent pas,sur une chaise.
- Nous sentons nos genoux ou nos pieds pousser la Terre, et le sommet de notre tête pousser le ciel.(Zazen)
 - Nos mains sont posées paumes vers le haut, l'une sur l'autre dans le giron ..., les 2 pouces joints à hauteur du nombril,  ou sur les genoux...
- Notre dos est bien droit, mais pas raide,  il n'est pas appuyé au dossier de la chaise.
- Nos épaules sont ouvertes (comme les ailes d'un vautour)
- Le menton est légèrement basculé vers le bas (en crochet)
 - Nos yeux peuvent être soit ouverts, soit fermés, soit mi-clos, selon notre ressenti du moment
( fermés, pour se recentrer complètement sur soi même, ouverts pour ne pas s’endormir), fixant le sol à 45 °

Pourquoi l'importance de la posture ?  
C'est, la position idéale pour que les énergies puissent bien circuler. (Le frère qui avait présenté la retraite des scientifiques au Hameau du Haut)

Voici l'explication de Lama Guendune Rinpoché sur ce site )
http://www.pagodethienminh.fr/?page_id=1008
très semblable à celle du Vénérable Antonio Satta donnée lors de la dernière retraite Vipassana à Vajra Yogini près de Lavaur dans le Tarn ,
"Dans cette position, ( jambes croisées) le "souffle
descendant-évacuant" se rassemble en l'Artère Centrale empêchant
l'apparition des émotions liées à la jalousie de troubler la méditation.

De même, la position des mains dans le geste de la méditation - 4 doigts
sous le nombril - permet aux énergies subtiles liées à l'élément eau, de se
rassembler en la Veine Centrale, pacifiant ainsi la colère.

Le dos dressé comme une flèche et les épaules comme les ailes d'un vautour
rassemblent en l'Artère Centrale les énergies subtiles liées à l'élément
terre
, prévenant la torpeur.

Le cou en crochet (
menton rentré vers le larynx sur un plan parfaitement horizontal, sans laisser la tête pencher vers l’avant ou l’arrière) provoque le rassemblement des énergies de l'élément feu,
calmant ainsi le désir.

Le regard dirigé vers le bas, sans cligner, à 4 doigts de la pointe du nez,
et la langue reposant contre le palais, recentrent l'énergie subtile de
l'élément vent, apaisent l'orgueil et aiguisent l'attention."
Si le besoin s'en fait sentir, (douleurs trop vives, inconfort) nous pouvons rectifier notre posture, sans déranger les autres, et en observant chacune des phases, qui va de la gène ressentie à la nouvelle position en passant par chaque intention et chaque mouvement...
 
Les "techniques" de méditation
Il y a de nombreuses pratiques, mais il y en a deux de base, liées à 2 soutras essentiels du Bouddha:
Samatha liée à Anapanasati sutta , le soutra de l'attention à la respiration.
Vipassana liée à Satipatthana Sutta, le discours sur les quatre établissements de l'attention.

-Samatha ou en Tibétain Shiné, la méditation du retour au calme mental met l'accent sur la Concentration (Samadhi) sur un objet précis, le plus souvent la respiration, en vue d' obtenir le calme mental .

-Vipassana en Tibétain Laktong,  la méditation de la vision pénétrante, met l'accent sur l'Attention (Sati ou Smurti) ou Pleine Conscience afin de réaliser la vision profonde (Prajna) aussi appelée Vue juste, ou Compréhension parfaite...
A Vipassana se rattachent les méditations analytiques. (sur un thème particulier, comme la bienveillance, l'impermanence, la mort etc...), et il est dit que le Bouddha a atteint l'éveil par cette pratique (ou celle de Zazen qui est proche) .

( pour en savoir un peu plus sur Samatha et Vipassana, toujours dans la simplicité c'est ici)



La méditation, commence souvent par un ou plusieurs sons de cloche destinés à nous ramener à l'instant présent, en notre "Ile intérieure" (Thich Nhat Hanh) qui est notre propre respiration.

"écoute, écoute ce son merveilleux, il nous ramène à notre vraie demeure" 


Si des distractions ( définies comme le contraire de la concentration ou de l'attention,) viennent, comme une gène, une douleur ou des pensées...
 -simplement les noter
de quoi s'agit il ?
quelle force ?
quelle durée ?
sans les suivre, les juger ou les rejeter
et revenir à sa respiration et son assise .

En début de méditation, nous pouvons nous aider à nous concentrer en comptant nos respirations
Depuis ma 2 eme retraite Vipassana,  j'aime bien démarrer ainsi

j'inspire, je laisse ma respiration respirer ,j'expire,  j'observe ma respiration respirer, je souris, je suis bien, c'est le Bouddha qui respire pour moi, c'est le Bouddha qui est assis pour moi.
Le passé est passé, le futur n'est pas encore là, il n'y a plus que l'instant présent ,
l'instant présent, c'est notre vraie demeure ,
notre vraie demeure, c'est notre respiration.
Notre respiration, c'est la vie elle même.

J'inspire , j'expire, je suis vivant et je suis heureux de l'être, ici et maintenant dans cette méditation...
Je n'attends rien d'autre de ma méditation que d’être simplement là , assis tranquillement
à observer ma  respiration (sans essayer de la contrôler), mon assise et ma posture et à apprécier de le faire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire