Sélection du message

Depuis mon départ à la retraite

  il y a 2 mois Qu'ai je fait de mes journées? Rien ou presque rien , à première vue (de celles et ceux qui ne me connaissant pas, me...

10 février 2010

Les 4 (ig)nobles vérités du libéralisme

c'est en répondant à une intervention sur ce blog de mon ami Lungtazen, bouddhiste engagé comme moi sur

Comment le secteur privé prépare le démantèlement de la Sécurité sociale

  une  qui estimait comme beaucoup, que notre systeme de santé coutait bien trop cher que j'ai eu l'idée pour ma réponse d'utiliser les 4 nobles vérités du Bouddha

 
Yama le roi des enfers dans le bouddhisme Tibétain 

 

"Il me semble avoir lu que si on supprimait toutes les exonérations de charges sociales, la sécu serait en excédent
je l’ai lu bien sur dans la littérature de « gôche »

lectures non vertueuses puisque allant à l’encontre des « 4 nobles vérités »… libérales 

- La noble vérité de la croissance,  (matérielle) synonyme de bonheur
- La noble vérité de la cause de la croissance: l’entreprise privée créatrice de richesses et d’emplois
- La noble vérité de la cessation de la croissance : la descente au royaume des enfers
- La noble vérité du chemin qui mène à la cessation de la croissance : tout ce qui pénalise l’entreprise et les profits de ses actionnaires, et en particuliers les charges sociales, et de personnel .



d’où "le noble sentier à 8 branches "qui mène au nirvana libéral
-compétitivité
-privatisations
-exonérations
-délocalisations
-casse des services publics, dont la sécu
-précarisation de l’emploi
-paupérisation des travailleurs

 la 8eme branche ? je l’ai oubliée... aidez moi ..

 

6 commentaires:

  1. le "pb" de la sécu est un "pb" global

    il me semble nécessaire de revoir la politique de santé en général, car en France par exemple, et en occident en général, nous sommes de grands consommateurs de produits psychotropes légaux vendus en pharmacie et qui coutent chers à la société, par leur remboursement, les arrêts de travail qui vont avec, les couts sociaux liés à la solitude, le stress et la dépression

    Il faudrait revoir le système de soins qui intègrent un meilleur service publix (au lieu de le vendre aux actionnaires privés actuellement)

    et aussi comme tu le soulignes arrêter d'exonérer toujours les mêmes et de rembourser toujours moins les autres

    et enfin ce "trou" est complètement virtuel, parle-t-on du "trou" du ministère des armées ? pourtant ce budget coute énormément et ne rappporte rien, mais pour (presque) tout le monde il semble normal de le payer, pourquoi pas pour la santé pareil ?
    j'aurais bien pour exemple l'éducation aussi, mais elle aussi passe petit à petit dans le domaine concurrentiel et privé !

    chaleureusement

    frédéric

    RépondreSupprimer
  2. "Ainsi l'ai-je entendu ..."

    Tu fais preuve noble frère, de beaucoup de "comprehension profonde..."

    Du point de vue du Dharma, tout le systeme de soins devrait être public

    car se faire du fric, sur la maladie et la souffrance, "quelle non vertu"!
    j'en suis de plus en plus convaincu... Bouddhisme et capitalisme
    ca ne rime pas du tout
    un lotus pour toi
    Michel (Action juste du coeur)

    RépondreSupprimer
  3. tous les "ismes" et les "istes" riment hélas ;)
    c'est pourquoi je suis prudent avec eux, fussent ils "bouddh" ;)

    chaleureusement

    frédéric

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Libéralisme : Il y a aussi "désinformation et manipulation" dans son application.
    Merci pour une très belle image de Bouddha que j'ai copiée et pour le récit de votre nouvel an si plein de bonheur.

    RépondreSupprimer
  5. la 8eme branche de l'octuple ingoble sentier ...

    faire souffrir, l'Homme et la Planete, pour satisfaire son avidité ...

    RépondreSupprimer
  6. Capitalisme et impermanence

    Le Capitalisme doit l'être aussi impermanent

    question:

    mais sa transformation peut elle se faire vers "le bien*" ou c'est seulement vers "le mal*",

    Car j'ai cru comprendre de Karl Marx que le Capitalisme ne pouvait se transformer, sa nature profonde était l'exploitation des travailleurs, par contre il s'effondrerait par ses contradictions...

    *"bien " et "mal" dans le sens de plus ou moins de souffrances j'entends...ohhh cette dualité!!!

    RépondreSupprimer