En train de devenir... Comment lâcher prise,tout en ne lâchant rien

Blog de Tâm Chân Hanh (Action Juste du Cœur)-un bouddhiste engagé plutôt du coté "extrême gauche" (la Gauche radicale , ANTI-CAPITALISTE) - pour un autre monde possible, plus juste, plus fraternel et plus humain.

31 mars 2017 : Depuis mon départ à la retraite ...

il y a 2 mois
Qu'ai je fait de mes journées?
Rien ou presque rien, à première vue (de celles et ceux qui ne me connaissant pas, me voyaient m'enfermer chez nous (...)

22 juin 2017

Nouvelle retraite Shiné du Calme mental 25 au 31 mai 2017




à Vajra Yogini à Marzens 

près de Lavaur dans le Tarn

                                                    





Cela faisait 6 mois depuis la dernière en novembre  que j'attendais cette nouvelle retraite et m'y préparais,

la plupart de mes méditations étaient depuis, orientées vers cette méditation dite de placement: se concentrer sur un seul objet (ma respiration) et en un seul point (le bas ventre).



voir ici le vécu de mes dernières retraites et mes observations sur les méditations que j'ai faites depuis...
 Retraite Shine du Calme mental nov 2015, mai 2016 et nov 2016



 




 Pour en tirer un bénéfice maximum 
voici

  • Également conseillés par Guéshé Loden, ceux du Lam Rim, (la voie progressive vers l'éveil)  disponibles à la bibliothèque de l'Institut 

                                     
















mais je me suis également inspiré d'autres enseignements :
voir aussi ici ce même enseignement

et aussi  

Ce livre Méditer au quotidien du vénérable Hénépola Gunaratana (moine bouddhiste Téravada)

qui traite principalement de Vipassana, méditation sur la vision profonde, mais d'emblée j'ai considéré comme l'ont dit , et écrit, le vénérable Antonio Satta et Sa Sainteté le Dalai Lama , Samatha (Shiné) et Vipassana ne peuvent être séparés...ce sont comme les 2 ailes d'un même oiseau...

mes notes, faites lors de mes méditations à la maison voir ici 

ainsi que un extrait des contes de notre Sœur Giac Nghiem sur l'air que nous respirons, source de vie et de joie , "j'inspire, je sens cet air que me nourrit, j'expire, je sens cet air qui me purifie (mon corps mon esprit) "






  • Pour cette retraite,  je continue avec comme objet de méditation ma respiration et non le Bouddha... 

j'attendrais que mon esprit soit bien posé sur la respiration, que celle ci soit devenue imperceptible pour essayer de le visualiser ...
 ou plutôt... me concentrer sur les images mentales qui apparaissent à ce moment là comme je l'avais noté après ma méditation du 11 mars (voir ici dans les commentaires)
-je visualise des images floues qui bougent... le vénérable Gunaratana indique dans son livre "Méditer au quotidien" qu'il faut simplement observer le phénomène qui est impermanent, tandis que Guéshé Loden indiquait qu'il fallait la stabiliser, la rendre plus petite, plus lourde
s'agit il d'une "nimitta"
puis je la transformer en une visualisation du Bouddha?
ou le 18 mars
je visualise la vacuité par le cercle zen , mais qui est flou (pas très rond) , qui bouge avec quelque chose en son milieu ... qu'il me faut stabiliser cette image la rendre lourde, claire...
ou le 6 avril
 - visualisation du 0 (le cercle de la vacuité)  zen revenue , ni stable ni net , noir, sur fonds de nuit , petites "flammes" autour ou à l’intérieur
est ce le signe à observer (du livre sur Vipassana?)
ces images mentales...   dois je les modeler, les sculpter ou les dessiner pour en faire apparaître un Bouddha, à partir de ces formes?

c'est une question que j'avais posée à Geshé Loden qui a répondu que non, mais se concentrer plutôt sur une de ces "taches",  comme un maître s'était concentré sur une corne... se concentrer, pour la stabiliser, la rendre plus claire et nette...


 





Lors de ma dernière retraite et depuis,

j'avais déjà noté (voir ici) que, observer et noter que c'est une inspiration/expiration, les compter jusqu'à 10 ou 21, générait au bout de quelque temps, de l'ennui bien propice à la déconcentration, et qu'il me fallait mieux ressentir mes respirations,


Avoir conscience de... c'est ressentir la respiration, du début jusqu'à la fin,  et pour shiné ,  en un point du corps (le bas ventre)

mais là aussi j'ai observé le risque de me lasser rapidement ... donc puis-je  me concentrer  successivement en plusieurs points, les pieds, le bassin, les mains... pour redonner de l’intérêt à l'esprit, ou quand la respiration disparaît chercher un autre point ...?  mais  là Lama Gueshé Loden me répondra  à une de mes questions que ce n'était plus Shiné... qu'il fallait rester concentré en un point ...

ne pas essayer non plus  d'observer l’absence de sensation de respiration... mais accentuer sa concentration...

accentuer sa concentration qui veut dire pour la respiration d'aller plus dans le détails de l'observation du ressenti, ce que j'ai essayé de travailler...






Accentuer sa concentration, mais sans accroître la tension,

car c'est je pense maintenant que c'est en forçant trop sur ma concentration que ma respiration en vient à se bloquer, comme observé maintes et maintes fois et dont j'avais trouvé l'explication lors de la retraite précédente (un petit éveil de Huy Phong ! )

Être concentré et détendu à la fois ,c'était aussi une question que j'avais posée à cette dernière retraite et  Lama Gueshé aura dès la présentation de cette retraite ci particulièrement insisté sur cela, ne pas être dans l'attente ...du calme mental ... ne pas forcer, ne pas faire trop d'efforts, ne pas être stressé.

 à ma question, quel exemple dans la vie de tous les jours?  , il me donnera l'exemple d'un musicien heureux de jouer de son instrument et qui le fait sans efforts. Il dira aussi que être détendu, ce n'est pas ne rien faire, mais c'est le faire avec JOIE

Comment se détendre (pendant les 3 mn de pause) ou pendant la méditation même? 
en se réjouissant, en générant LA JOIE  ... répondra le Lama...

  • La joie, ou le contentement est donc essentiel à la pratique de la méditation,  je le savais depuis mes premières retraites Vipassana,

(notes de mes précédentes retraites)

  • mais là je découvre et expérimente que c'est aussi une des principales antidotes à ce trop de tension, que j'ai tendance ( et je ne suis pas le seul) à vouloir m'imposer,
    à ce désir d'atteindre des stades plus avancés ou seulement même les 21 respirations sans penser (pour arriver au 2eme stade) .
Une autre réponse de Lama sur comment générer la joie : avoir pu rester concentré 3 respirations... (au lieu d'avoir une pensée de découragement )









Les 2 écueils  à la concentration
  
 C'est ce ce que je me serais surtout appliqué à essayer d'identifier



et appliquer leurs remèdes, les antidotes ,

 pour moi encore une fois ce sera, si le relâchement de la concentration ne marche pas,  en pensant à la Joie...


 oui relâcher la concentration, se détendre c'est un des "petits éveils" que j'aurais pu expérimenter grâce à cette page de ce livre sur le Lamrim, et dont je photographierais quelques pages à la bibliothèque  ...

pour moi me détendre en ouvrant les yeux et en regardant autour de moi...
ouvrir grands les yeux car j'avais tendance à les fermer complètement d'abord pour essayer de visualiser les images mentales du bouddha, puis pour essayer de rester bien concentré sur la respiration

mais j'ai pu observer que cela augmentait mes efforts  et surtout ma crispation, d’où les blocages de ma respiration...



J'ai réalisé aussi que le relâchement n'est donc pas de la torpeur, ou endormissement,  que l'agitation, ce n'est pas seulement l'afflux de pensées tout cela que j'avais et continue encore de connaître ...
  •  Le relâchement : je reste conscient de ma respiration, mais avec une concentration faible,  je suis ma respiration en automate... 
soit j'en suis conscient, c'est donc de la pleine conscience (sati, smrti, attention) et j'applique immédiatement l'antidote
soit je ne le suis pas, et alors je le réalise subitement, plusieurs respirations plus tard, souvent sur un flot de pensées qui sont apparues... 
  • Que l'agitation, pouvait venir d'un excès d'efforts pour se concentrer ou de questions que je me posais pendant que je méditais , sur ma méditation, proprement dite , comme celles ci...
    16 mars 2017 (11h..)
    - observer ma respiration au niveau du bas ventre calme + vite qu'au niveau des narines?
    - sur " le son du silence" en me concentrant sur ces ondes j'ai visualisé très nettement mais sur un très court instant seulement, une ligne à haute tension
    - si j'observe ma respiration au niveau des narines...visualisation + facile?
    à tester
    méditation 16 h.00 après enseignement de Thay
    quel est mon rythme de respiration naturel? 3-5? 4-5? 4-6?
    Lama Guéshé, me répondra que se poser ce genre de questions, c'est de l'agitation, grossière si je perds l'objet, subtile sinon... 

    à une autre question "peut on comme dans Vipassana, observer ces pensées, leur nature, leur force, leur durée, puis quand elles s'en vont, plutôt que d'aller méditer sur l’impermanence ou la mort...  " Lama répondra que ce n'est pas Shiné,  puis ensuite "oui on peut" si c'est plus facile pour vous ... 

Les bourdonnements/grésillements/ sifflements ressentis dans les méditations (autre question ) sont des signes d'une trop grande tension , c'est vrai en partie... en relâchant l'effort ces "bruits" s’atténuent ... en partie seulement (pour moi et d'autres c'est plutôt le signe d'une ouverture grâce à la méditation, de notre sensibilité à d'autres sensations, non percevables habituellement, comme les ondes électriques ?)...
 Un phénomène à continuer d’observer , en affiner les détails
 
 Ces 2 écueils, relâchement et agitation, c'est ce qu'il me faut aussi continuer à observer, pour les identifier dès qu'ils apparaissent, afin d'y remédier le + rapidement possible …

 voici quelques unes de mes notes pendant la retraite, des résolutions avant d'entamer les assises :
26 mai 2017 (6 h..) manque de vitalité dans ma concentration , comment l’accroître? ou, est ce une fatigue à accueillir?
28 mai 2017 , si manque de vitalité , essayer d'aller plus, dans les détails, car manque d’intérêt , si fatigue... reposer l'esprit, lâcher prise ou générer la joie de pratiquer
29 mai, si "mental singe" ouvrir les yeux, faire une grande respiration, et compter

30 mai : équilibre à trouver entre effort et détente; puis vigilance pour discerner le moment où le relâchement ou   l'agitation naît ...

 

Conclusion de cette retraite  J'ai noté mes appréciations dans la feuille de bilan qu'on devait rendre:

il faudrait qu'il y ait au début des assises quelques rappels des instructions essentielles, comme le faisait le Vénérable Antonio, pour Vipassana ...
comme comment bien identifier le relâchement ou l'agitation 
Je crois aussi qu'il me faudrait une nouvelle retraite Vipassana pour voir profondément en moi ce qu'il y a derrière ces pensées et ce manque de concentration...

Enfin ,je ne sais pas , si je dois le dire,  mais il y a sûrement une relation de cause à effet, depuis mon retour je trouve que mes méditations sont "meilleures" 
  • meilleure concentration
  • meilleur ressenti de ma respiration, à travers mon corps.

à suivre



Et pour moi pendant les pauses, beaucoup de marches méditatives, parmi les fleurs en fête et des photos en pleine conscience  ; cliquez ici

Source de JOIE



3 commentaires:

  1. 20 juin 2017 méditation de 7 h00 (être concentré et détendu)
    -laisser les yeux ouverts détend +, les fermer aide à se concentrer, mais + d’efforts
    - compter des séries jusqu'à 10 ou 11 détend + que jusqu'à 21

    21 juin, 11 h00 : observer si les pensées arrivent suite à relâchement ou agitation?

    29 juin 8 h00: elle viennent plutôt suite à relâchement ... de la concentration (à confirmer)

    -je ferme les yeux , la respiration se fait + douce, et la concentration + forte
    - j'ouvre les yeux, je ressens mieux ma respiration qui est + forte

    16 h00 observer et ressentir le + précisément possible le moment ou ma concentration se relâche (et appliquer l'antidote)

    21 h pourquoi la concentration se relâche ? fatigue, ennui? , le remède soit pause, soit augmenter l'effort, soit changer d'objet...(autre partie du corps)

    30 juin 7 h30, continué d'observé la concentration sur la respiration et l'effort pour la maintenir.

    de + en + attiré par les écrits de ce moine Ajahn-Brahmavamso connu grâce à Daniel :
    http://buddha-sasana.org/dhammatalks/ajahn-brahmavamso/

    RépondreSupprimer
  2. 2juillet 2017 : 7heures: Ajahn-Brahmavamso me sert de guide:

    Commencer par fermer les yeux et compter , 10 mn soit 4 ou 5 cycles de 21
    puis cesser de compter et juste observer l'inspire et l'expire en les ressentant : 20 à 30 mn

    la respiration se calme est devient de + en + fine et imperceptible; c'est "la belle respiration"

    3/7/2017 (retraite Phap Khi) la respiration c'est la vie, la respiration c'est MA vie , j'ai de la gratitude pour la respiration

    4/7/2017 ma respiration accompagne chaque moment de ma vie , ressentir ma respiration à chaque moment de ma vie...
    je suis (verbe être) ma respiration , en comprenant ma respiration, je me comprends moi même.

    8/7/2017 m'observer moi même à chaque instant de la méditation
    aller au delà de ma respiration et de mon corps qui ne sont que des outils de concentration , élargir, l'observation, ma présence à tout ce qui m'entoure ... (passage à Vipassana, pendant les temps de pause -3 mn)

    RépondreSupprimer
  3. 12/7/17 : (15h30 méditation guidée de Phap Khi n° 9) , observer , être présent, mais sans saisir (le chant du coucou, nos pensées, notre respiration)
    que veut dire saisir? c'est vouloir contrôler ... il me faut rester concentré et détendu ...

    13/7/17 (10 h questions réponses ) il faut lâcher prise, cesser de vouloir prendre, ou saisir, mais contempler la beauté de la méditation

    16/7/17 méditation 7 heures:
    - fermer les yeux pour se concentrer, les ouvrir pour se détendre
    - si trop de pensées ouvrir les mains en signe d'accueil et se dire "OK c'est comme cela" , changer de point d'observation pour relancer la concentration (réponses de frère Phap Khi pendant sa retraite contemplation et silence)

    20 heures (zazen) ma respiration, c'estmoi, où se trouve t'elle? / ne pas la suivre sur un point, mais là ou on la trouve, inspire/expire, (Ajhan Bram)/ zazen , concentration sur la posture, plus facile que shiné (en un point et un seul)

    20/ septembre 2017 : reprise des notes après 2 nouvelles retraites :
    me prépare pour la retraite shiné du 1er novembre.
    -12 h 30 : j'inspire, je sens l'air qui entre dans mes cellules (par l’oxygène) et les nourrit, j'expire je sens l'air qui sort de mes cellules et les purifie (du CO²) / sœur Giac Nghiem
    -je me concentre alternativement sur 2 points, mes narines, et l'abdoment, et je ressens l'air qui entre et sort, puis j'élargis autour ( Ṭhānissaro Bhikkhu )
    -pendant les pauses de 3 mn observer l'esprit, se réjouir
    -quand la concentration se relâche: éclairer de ma Pleine Conscience , ces formations mentales que sont -la concentration/ la distraction/ l'agitation/ la torpeur/ (revoir ce que c'est exactement)

    RépondreSupprimer