2 avril 2009

Il est urgent de remettre l’économie à sa vraie place


(appel à tous les candidats qui sollicitent, ont sollicité ou vont solliciter nos suffrages)

Il est urgent de Remettre l’économie à sa vraie place
Lequel d'entre vous prendra t'il à son compte cet appel ?


Appel que j'avais rédigé pour les élections de 2007 et qu'aucun "Homme politique" n'a repris à son compte. Car la politique hélas s'écrit aujourdhui avec "un petit p" (lutte des égos pour le pouvoir) et non avec un grand P au sens des grecs anciens, (Art de gerer la cité)

Remettre l'économie à sa vraie place, c'est vouloir mettre fin à la dictature de l'économie, afin de faire cesser les souffrances de tous les êtres dont la cause première est l'avidité humaine, qui est la base actuelle de l'économie...

c'est pour cela souhaiter que l'économie soit au service de l'Homme et de la Terre et non l'inverse



L'economie doit servir l'Homme et non l'asservir

appel à tous les candidats qui sollicitent, ont sollicité ou vont solliciter nos suffrages

Il est urgent de

Remettre l’économie à sa vraie place
Lequel d'entre vous prendra t'il à son compte cet appel ?



Le monde dans lequel nous vivons va droit dans le mur. La société dans laquelle nous vivons est totalement malade.

Le capitalisme débridé que nous subissons depuis plusieurs décennies appelé aujourd’hui libéralisme pour mieux cacher ses méfaits est en train de mener l’Humanité à sa perte . Nous assistons impuissants à la destruction de notre planète Terre par le dérèglement climatique, la pollution de notre environnement, la croissance exponentielle des villes, l’agriculture intensive , la destruction de la biodiversité, la brevetabilité du vivant.

Cause de cette catastrophe écologique à venir, la croissance économique de ces dernières décennies basée sur la recherche des coûts les plus bas et des profits maximum pour les actionnaires, la consommation à outrance la publicité et les gaspillages n’a pu endiguer ni le chômage, ni la misère, ni les inégalités, ni le mal être, bien au contraire.

Partout dans le monde en Europe et en France aussi, nous subissons impuissants l’accentuation de la misère de la pauvreté et des inégalités, la croissance du chômage et de la précarité, la montée d’une désespérance généralisée entraînant la perte de tous nos repaires et de nos valeurs, la montée de la délinquance et de la violence, des révoltes de plus en plus incontrôlées, l’intégrisme et le terrorisme.

Nous sommes aussi impuissants à résoudre les problèmes de l’immigration que ce capitalisme sauvage a produit. Poussées par la misère produite dans leurs pays, par ce système économique mortifère, les populations des pays pauvres viennent chercher chez nous un eldorado qui n’existe pas, suscitant des réactions de rejets, de xénophobie et de racisme.

Nous sommes enfin incapables à proposer à nos enfants et à nos jeunes un avenir, ni même un bien être moral.

La société qui leur est imposée et que nous subissons est celle du FRIC qu’il faut avoir à tout prix, pour détenir un pouvoir, exister, paraître ou simplement survivre, celle de la CONCURRENCE (soit disante libre et non faussée) devenue en réalité compétition exacerbée à l’extrême pour être les meilleurs et donc écraser son prochain pour éviter qu’il ne vous écrase.

La société qui leur est imposée et que nous subissons est celle de la GUERRE économique, si ce n’est la guerre tout court tellement ces deux notions sont proches et imbriquées...

La société qui leur est imposée et que nous subissons voit les valeurs que nous défendons , celles de la Fraternité, la Solidarité et l’Entraide, de l’Amitié entre les peuples et de la Tolérance disparaître au profit de l’égoïsme et de l’individualisme, et des nouveaux dieux ou idoles que sont l’argent, la réussite et la consommation à outrance. Nos valeurs démocratiques et républicaines se voient aussi remises en cause par certaines et certains, qui sont prêts à voir sacrifier leurs libertés pour plus de sécurité. Si nous ne pouvons encore parler de régime autoritaire nous sommes déjà comme le reste du monde soumis à la dictature de l’économie.

Est ce monde que nous voulons pour nos enfants et nos petits enfants ?

Non ! Nous voulons que ça change et que ça change vraiment !

Ce monde de compétition /exclusion/ soumission /insurrection/ générant plus de perdants que de gagnants , générant souffrance, désespérance violence et délinquance, nous n’en voulons plus !

Ce monde soumis à la dictature de l’économie nous n’en voulons plus !

Nous voulons mettre fin à la dictature de l’économie Nous voulons remettre l’économie à sa place, au service de l’Humain et de la planète et non l’inverse.

La France peut montrer que cette alternative est possible Le monde entier des opprimés a applaudi notre refus de la Constitution néolibérale pour l’Europe et notre refus du CPE et considère ces refus comme des espoirs pour eux.

Nous appelons à remettre l’économie à sa vraie place !
Un autre monde est possible...

Lequel d'entre vous osera dire avec le Mahatma GANDHI ?

** Il y a assez sur Terre pour répondre aux besoins de tous, ... mais pas assez pour satisfaire l’avidité de chacun **

Michel

(appel fait la première fois pour les présidentielles de 2007)
http://michel1955.fr/appel.html


3 commentaires:

  1. J'ai mis un lien vers ton blog sur le miens
    En haut de la page sur l'onglet "bouddhisme engagé" il y a l'annonce d'une réunion qui peut éventuellement t'intéresser

    chaleureusement

    RépondreSupprimer
  2. merci Lung ta , je decouvre ton blog par l'occasion et il me faut découvrir le Sûtra Vimalakîrti... en aurais tu une version (en francais)?

    bien à toi

    RépondreSupprimer
  3. La réponse a eu lieu sur Facebook, nous sommes vraiment dans du "multicommunication" ;-)

    chaleureusement

    RépondreSupprimer