En train de devenir... Comment lâcher prise,tout en ne lâchant rien

Blog de Tâm Chân Hanh (Action Juste du Cœur)-un bouddhiste engagé plutôt du coté "extrême gauche" (la Gauche radicale , ANTI-CAPITALISTE) - pour un autre monde possible, plus juste, plus fraternel et plus humain.

31 mars 2017 : Depuis mon départ à la retraite ...

il y a 2 mois
Qu'ai je fait de mes journées?
Rien ou presque rien, à première vue (de celles et ceux qui ne me connaissant pas, me voyaient m'enfermer chez nous (...)

18 août 2018

Retraite Vipassana dans la tradition S.N . GOENKA, experiences vécues

En attendant le récit de la mienne (25 juillet-5 août 2018) en cours de rédaction 
faite dans cette tradition là
https://www.sudouest.fr.dhamma.org/fr/reference/quest-ce-que-vipassana/






et Jean partage les mêmes vues que nous question alimentation



j'ai trouvé plusieurs étudiants (terme employé) de cette retraite Vipassana qui partageaient aussi ces mêmes vues que Lise et moi

(les 4 participants avec qui j'ai pu parler + longuement, mon voisin de chambre et les 2, avec qui j'ai covoituré à l'aller comme au retour ... mais il y en avait d'autres que j'ai pu voir et observer)

donc: (je mets mes commentaires entre parenthèses)
1/céréales du petit déjeuner
2/sodas
3/produits allégés
4/ chocolats (faudra que je regarde le % en cacao dans les tablettes que j’achète dans mon magasin bio)
5/ yaourts (et autres produits laitiers à partir du lait de vache... pour les fromages de brebis les choisir au lait cru non pasteurisé et cuisson < à 35-38°)

j'ajouterais: tout ce qui est industriel ,
tout ce qui n'est pas bio
tout ce qui est cuit au delà d'une certaine température (35-à 38°) et surtout au micro ondes ou a la cocotte minute ...




Autres témoignages écrit ...cela s'est passé au Népal, http://anissavoyage.fr/le-vipassana-au-nepal-10-jours-avec-goenka/

ou au Japon  http://dhammapiti.over-blog.com/tag/vipassana/2

Celle que j'ai vécue s'est passée à 1h30 de chez nous au lycée agricole de Tonneins (47), super pour moi qui n'aime pas me déplacer et soucieux de l’empreinte écologique 
https://www.sudouest.fr.dhamma.org/fr/cours-hors-centre/presentation-du-lieu/



En attendant donc ce récit... (je peux déjà dire que j'ai ressenti des progrès très sensibles dans ma concentration et dans le ressenti de mes sensations corporelles... ) voici l'explication par le centre pour les nouveaux dont j'étais,  du programme



https://www.mahi.dhamma.org/fr/videos/vue-densemble-dun-cours-de-10-jours/

https://www.mahi.dhamma.org/fr/videos/vue-densemble-dun-cours-de-10-jours/

15 août 2018

d'où vient le mot "vierge"

En ce 15 Août fête de Marie, une belle explication "païenne" de ce mot (vierge) qui me convient bien + que la vision habituelle...

partagée par un de mes contacts facebook et que j'ai eu envie de repartager à mon tour... Merci Eve


"Ancient moon priestesses were called virgins. ‘Virgin’ meant not married, not belong to a man - a woman who was ‘one-in-herself’. The very word derives from a Latin root meaning strength, force, skill; and was later applied to men: virle. Ishtar, Diana, Astarte, Isis were all called a virgin, which did not refer to sexual chastity, but sexual independence. And all great culture heroes of the past…, mythic or historic, were said to be born of virgin mothers: Marduk, Gilgamesh, Buddha, Osiris, Dionysus, Genghis Khan, Jesus - they were all affirmed as sons of the Great Mother, of the Original One, their worldly power deriving from her. When the Hebrews used the word, and in the original Aramaic, it meant ‘maiden’ or ‘young woman’, with no connotations to sexual chastity. But later Christian translators could not conceive of the ‘Virgin Mary’ as a woman of independent sexuality, needless to say; they distorted the meaning into sexually pure, chaste, never touched. When Joan of Arc, with her witch coven associations, was called La Pucelle - ‘the Maiden,’ ‘the Virgin’ - the word retained some of its original pagan sense of a strong and independent woman. The Moon Goddess was worshipped in orgiastic rites, being the divinity of matriarchal women free to take as many lovers as they choose. Women could ‘surrender’ themselves to the Goddess by making love to a stranger in her temple."
— Monica Sjöö (The Great Cosmic Mother: Rediscovering the Religion of the Earth)

Image: Immaculate Heart of Mary by Smith Catholic Art

traduction 


" les anciennes prêtresses de la lune étaient appelées vierges. " Vierge " ne signifie pas mariée, n'appartient pas à un homme - une femme qui était " une personne en elle-même Le mot même provient d'une racine latine signifiant force, force, compétence ; et fut ensuite appliqué aux hommes : Virle. Ishtar, Diana, Astarté, Isis étaient toutes appelées Vierge, ce qui ne faisait pas référence à la chasteté sexuelle, mais à l'indépendance sexuelle. Et tous les grands héros de la culture du passé..., mythique ou historique, étaient nés de mères vierges : Marduk, gilgamesh, Bouddha, Osiris, Dionysos, Genghis Khan, Jésus - ils ont tous été affirmés comme fils de la grande mère, De l'original, leur pouvoir terrestre dérivant d'elle. Quand les Hébreux ont utilisé le mot, et dans l'araméen original, ça signifiait " jeune fille " ou " jeune femme sans aucune connotation à la chasteté sexuelle. Mais plus tard, les traducteurs chrétiens n'ont pas pu concevoir la "Vierge Marie" comme une femme de sexualité indépendante, inutile de dire ; ils ont déformé le sens en sexuellement pur, chaste, jamais touché. Quand Jeanne D'Arc, avec ses associations de sorcières de sorcières, s'appelait la pucelle - la jeune fille, "la vierge" - le mot conservait une partie de son sens païen originel d'une femme forte et indépendante. La Déesse de la lune était vénérée dans les rites orgiaque, étant la divinité des femmes matriarcale libres de prendre autant d'amants qu'ils le choisissent. Les femmes pouvaient se rendre à la déesse en faisant l'amour à un étranger dans son temple."
- Monica Sjöö (la grande mère cosmique : redécouvrir la religion de la terre)

Image : Cœur Immaculé de Marie par l'art catholique de Smith

12 août 2018

Ne t’attaque pas au Système, démode-le !

Un très beau texte que je re découvre en rentrant de ma retraite Vipassana de 10 jours ... hasard ou synchronicité? 

ce "systeme" pour lequel j'ai depuis si longtemps tant d’aversion (un des 3 poisons de l'esprit selon le bouddhisme et que je devrais éradiquer )

Ne t’attaque pas au Système, démode-le !

Ce texte est extrait du Livre du Voyage de Bernard Werber. 

"Il est cubique, titanesque, froid.
Il est doté de chenilles qui écrasent tout.
C’est le système social dans lequel tu es inséré.
Sur ses tours tu reconnais plusieurs têtes. Il y a celles
de tes professeurs,
de tes chefs hiérarchiques,
des policiers,
des militaires,
des prêtres,
des politiciens,
des fonctionnaires,
des médecins,
qui sont censés toujours te dire si tu as agi bien ou mal.

Et le comportement que tu dois adopter pour rester dans le troupeau.
C’est le Système.
Contre lui ton épée ne peut rien.
Quand tu le frappes, le Système te bombarde de feuilles :
carnets de notes,
P.V.,
formulaires de Sécurité sociale à compléter si tu veux être remboursé,
feuilles d’impôts majorés pour cause de retard de paiement,
formulaires de licenciement,
déclarations de fin de droit au chômage,
quittances de loyer, charges locatives, électricité, téléphone, eau, impôts locaux, impôts fonciers, redevance, avis de saisie d’huissier, menace de fichage à la Banque de France, convocations pour éclaircir ta situation familiale, réclamations de fiche d’état civil datée de moins de deux mois…

Le Système est trop grand, trop lourd, trop ancien, trop complexe.
Derrière lui, tous les assujettis au Système avancent, enchaînés.
Ils remplissent hâtivement au stylo des formulaires.
Certains sont affolés car la date limite est dépassée.
D’autres paniquent car il leur manque un papier officiel.
Certains essaient, quand c’est trop inconfortable, de se dégager un peu le cou.
Le Système approche.
Il tend vers toi un collier de fer qui va te relier à la chaîne de tous ceux qui sont déjà ses prisonniers.
Il avance en sachant que tout va se passer automatiquement et que tu n’as aucun choix ni aucun moyen de l’éviter.
Tu me demandes que faire.

Je te réponds que, contre le Système, il faut faire la révolution.
La quoi ?
LA RÉVOLUTION.
Tu noues alors un turban rouge sur ton front, tu saisis le premier drapeau qui traîne et tu le brandis en criant :
« Mort au Système. »
Je crains que tu ne te trompes.
En agissant ainsi, non seulement tu n’as aucune chance de gagner, mais tu renforces le Système.
Regarde, il vient de resserrer les colliers d’un cran en prétextant que c’est pour se défendre contre « ta » révolution.
Les enchaînés ne te remercient pas.
Avant, ils avaient encore un petit espoir d’élargir le métal en le tordant.
À cause de toi, c’est encore plus difficile.
Désormais, tu as non seulement le Système contre toi, mais tous les enchaînés.
Et ce drapeau que tu brandis, est-il vraiment le « tien » ?
Désolé, j’aurais dû t’avertir.
Le Système se nourrit de l’énergie de ses adversaires.
Parfois il fabrique leurs drapeaux, puis les leur tend.
Tu t’es fait piéger !
Ne t’inquiète pas : tu n’es pas le premier.
Alors, que faire, se soumettre?
Non.
Tu es ici pour apprendre à vaincre et non pour te résigner.
Contre le Système il va donc te falloir inventer une autre forme de révolution.
Je te propose de mettre entre parenthèses une lettre.

Au lieu de faire la révolution des autres, fais ta (r)évolution personnelle.
Plutôt que de vouloir que les autres soient parfaits, évolue toi-même.
Cherche, explore, invente.
Les inventeurs, voilà les vrais rebelles !
Ton cerveau est le seul territoire à conquérir.
Pose ton épée.
Renonce à tout esprit de violence, de vengeance ou d’envie.
Au lieu de détruire ce colosse ambulant sur lequel tout le monde s’est déjà cassé les dents, ramasse un peu de terre et bâtis ton propre édifice dans ton coin.
Invente. Crée. Propose autre chose.
Même si ça ne ressemble au début qu’à un château de sable, c’est la meilleure manière de t’attaquer à cet adversaire.

Sois ambitieux.
Essaie de faire que ton propre système soit meilleur que le Système en place.
Automatiquement le système ancien sera dépassé.
C’est parce que personne ne propose autre chose d’intéressant que le Système écrase les gens.
De nos jours, il y a d’un côté les forces de l’immobilisme qui veulent la continuité, et de l’autre, les forces de la réaction qui, par nostalgie du passé, te proposent de lutter contre l’immobilisme en revenant à des systèmes archaïques.
Méfie-toi de ces deux impasses.
Il existe forcément une troisième voie qui consiste à aller de l’avant.
Invente-la.
Ne t’attaque pas au Système, démode-le !

Allez, construis vite.
Appelle ton symbole et introduis-le dans ton château de sable.
Mets-y tout ce que tu es : tes couleurs, tes musiques, les images de tes rêves.
Regarde.
Non seulement le Système commence à se lézarder.
Mais c’est lui qui vient examiner ton travail.
Le Système t’encourage à continuer.
C’est ça qui est incroyable.
Le Système n’est pas « méchant », il est dépassé.
Le Système est conscient de sa propre vétusté.
Et il attendait depuis longtemps que quelqu’un comme toi ait le courage de proposer autre chose.
Les enchaînés commencent à discuter entre eux.
Ils se disent qu’ils peuvent faire de même.
Soutiens-les.
Plus il y aura de créations originales, plus le Système ancien devra renoncer à ses prérogatives. »

Bernard Werber était intervenu à la conférence "Le sens de la communauté au 21e siècle", le 16 janvier 2016 à Paris. Vous pouvez la visionner ici.

lu sur facebook puis à la source ici:
 https://www.colibris-lemouvement.org/comment/33#comment-33

25 juillet 2018

méditation sur le mundial (suite)

Magnifique analyse que je viens de découvrir dans ce groupe facebook dédié à Thomas d'Anselbourg 
Merci Eliane et Jean Yves

Pour rester dans l'actualité du mondial de foot, cette lettre de Jean Yves du 21 juillet en métaphore "footeuse" pleine d'humour pour nous parler d' Amour et de Paix

Ce jour, j'ai envie de développer ce qui se passe autour du foot... J'étais un grand sportif, je le suis toujours, autrement. En astral, sans gravitation, je vous assure que les acrobaties sont géniales, mais plus sérieusement, je suis devenu un acrobate des croche-pieds de l'esprit.
J'ai donc envie de vous offrir des tremplins de réflexion pour rebondir et prendre de la hauteur sur les excitations et dérives provoquées par ce sport en particulier. Courir après une balle ou un ballon provoquait déjà l'engouement, pour ne pas dire la frénésie, dès l'Antiquité, voire avant et même chez les aborigènes. Règles simples, peu de matériel, tout le monde peut jouer au foot et a déjà tapé dans un ballon dans sa vie, quels que soient les lieux, jardin, plage, cour, terrain etc.

Mais cette popularité du football est proportionnelle à ses dérives en tout genre. Alors de quel côté se placer, de ceux qui soutiennent au-delà du soutenable, de ceux qui n'en ont rien à foot, de ceux qui s'enthousiasment pour la compétition ou pour le plaisir du jeu tout simplement ? Comme toujours, tout dépend de l'intention à résonner au plus profond de chaque-un. Quel que soit le choix, la paix est à ramener, le véritable arbitre, libre, est là. Car que l'on soit fortement supporter, ou indifférent, ou agacé et en colère... les dérives n'ont qu'un seul but, détourner de l'esprit universel d'union (par l'esprit d'équipe), de la paix, du respect, de la solidarité et de la joie. Ramener le Jeu au lieu de l'opposition des Je. Je vais donc d'abord parler des dérives.

Faire s'affronter des pays, des drapeaux, des nationalités, c'est entretenir la séparation des êtres par la différence, l'appartenance à une terre (que les humains s'approprient, mais La Terre n'appartient à personne, elle fait partie de l'Univers et s'offre aux humains qui la compartimentent). Car ne nous leurrons pas, en grande partie, le patriotisme exacerbé qui imprègne ce sport mène au racisme ou à une certaine forme de racisme déguisée.

Le danger est là, car les jeunes influençables, à la recherche d'une identité (d'un but !!!) ont l'impression d'en avoir une en défendant leur pays. L'entraîneur porte bien son nom, il devrait éduquer sur des valeurs d'équipe, de soutien, d'entraide, de respect, sans notion d'échec et de réussite, de lutter et vaincre. ". C'est un "jeu" de "je". On les enferme malheureusement en majorité dans une identité patriote, dans une histoire "d'adversaires" au lieu de partenaires de jeu. Les concepts de patrie et d'adversité ne servent jamais l'élévation universelle ou personnelle. De quoi se nourrit essentiellement l'enthousiasme du football, voilà la véritable question, dont la réponse ne peut être qu'individuelle.

Alors, personnellement, je mets... carton rouge pour les abus des klaxonnades à tout va sur des durées irrespectueuses de la tranquillité des autres, le double sens de supporter. Supporter, mot anglais, supporter verbe français qui prend tout ce sens. Carton rouge également pour l'avalanche des vandalismes, des actes de frénétiques cassant tout sur le passage.

Avertissement pour... le modèle éducatif présenté à nos enfants entraînés dans ces manifestations sonores troublant l'ordre public, également placés devant un autre spectacle, celui des violences, des joies démesurées à une victoire, de colères ou peines non moins démesurées face à une défaite, ces dangers du fanatisme et de l'idolâtrie qui ne conduisent jamais à la construction d'une identité propre mais à une éducation de perdus en mal de re-perds.
Expulsion pour... les joueurs qui rendent coup pour coup, ou simulent et carton jaune pour les spectateurs aussi dans leur soutien d'adorateurs bouillonnants (qui n'a rien à voir avec un soutien pour le jeu) pour une équipe, dont le comportement me fait penser aux jeux d'arène.

Banc de touche pour... les lobbys financiers et politiques qui polluent l'esprit du Jeu, je rêve qu'ils ne jouent plus un jour les prolongations... Le football, ce sport le plus populaire sur notre terre est aussi un des marchés les plus contaminés par le business à tout prix. Jusqu'à acheter des joueurs pour qu'ils gagnent ou perdent... jusqu'à acheter des responsables de clubs ou fédérations dénués de scrupules pour l'avidité du profit, jusqu'aux paris etc.

Le football est devenu un marché de clubs-usines et de joueurs-produits baignant dans la corruption active (corruption dont l'anagramme croupiront émet la même vibration...), les arrangements douteux, voire les arbitrages bien troubles et je peux vous dire que ce qui vous est révélé parfois par les médias, est largement en dessous de la réalité. Le débordement sans doute le plus immense résumé en un seul mot : Profit.

Je rêve d'un monde où les valeurs du football et de tous les autres sports (moins concernés, mais tout de même, certains ont aussi leurs dérèglements), reprendraient leurs places, où fêter une victoire serait le couronnement des efforts, d'un esprit d'équipe au top, du courage, d'une ténacité, d'un dépassement de ses limites, de soi, dans le but d'une exemplarité éducative pour tous. Des valeurs à promouvoir, d'investissement personnel et d'esprit d'équipe, qui feraient ressortir le caractère pacificateur et non guerrier du sport. Ce n'est pas le sport en lui-même le coupable, mais toute l'utilisation médiatique, financière et les emportements déchaînés provoqués par des humains mal dans leur peau, en mal d'identité et de reconnaissance, avides de se faire remarquer à tout prix. A tout prix, c'est bien là malheureusement le thème.

Finalement, le foot n'est rien d'autre qu'un reflet de ce qui se passe dans le Monde. Un lieu, un espace où peuvent résider la contamination à grande échelle de la violence verbale ou corporelle, des techniques pour asservir une masse aveuglée par la corruption et l'opposition (d'ailleurs couramment, ne dit-on pas, et toi tu es pour qui, contre qui en parlant d'une équipe donnée ?). Ne devrait-on pas plutôt choisir : qui veux-tu encourager ? Battre l'autre, émet une vibration de guerre qui prend le dessus sur la compétition dans un jeu. D'ailleurs certains entraîneurs n'hésitent pas à préparer leurs joueurs dans cette empreinte de lutte, affronter et battre l'ennemi, au lieu de les exhorter à donner le meilleur d'eux-mêmes et à admettre que perdre un match n'est pas une tragédie, mais le jeu en lui-même.

Qualification finale donc pour... les champions du travail qui ne reculent pas devant les difficultés, qui vibrent la persévérance, l'effort, qui prennent tout sport comme un moyen de dépasser ses limites grâce au pouvoir de l'esprit sur le corps, comme une occasion d'apprendre comme dans la vie et son quotidien, à ne pas tricher, ni manipuler, ni vendre ou se vendre, ni écraser l'autre, mais unir ses forces en équipe, acquérir du courage, de la confiance en soi et dans les autres, de la solidarité, du fair play et de l'engagement, de la maîtrise de soi, du respect des autres, toutes ces valeurs importantes dans tous les domaines. Ce qui s'acquiert par le sport, dans le sport, a une répercussion dans le quotidien de la vie.

Jouer... ce mot a perdu son sens noble initial dans les matches de foot de haut niveau où les intérêts sont démentiels et démesurés.
A vous de jouer,
Jean-Yves qui espère avoir marqué un but d'une reprise de volée différente !

19 juillet 2018

Retraite de Mahamoudra

à l'Institut Vajra Yogini près de Lavaur dans le Tarn
Avec Sixte, dont j'aime beaucoup la manière d'enseigner très participative


Le Mahamudra ou Mahamoudra (sanskrit IAST : mahāmudrā ; devanāgarī : महामुद्रा 1 ; THL : Chagya Chenpo tibétain : ཕྱག་རྒྱ་ཆེན་པོ་, Wylie : Phyag-rgya chen-po, Chachen tibétain : ཕྱག་ཆེན, Wylie : phyag chen), « Grand Symbole » ou « Grand Sceau » désigne un système de méditation2 utilisé dans le bouddhisme pour atteindre l'éveil, la réalisation de la nature ultime de l'esprit et de la vacuité, pénétrant tous les phénomènes du saṃsāra et du nirvāṇa. Dans le bouddhisme tibétain cette méthode est principalement pratiquée par la lignée Kagyüpa, mais aussi dans les lignées Gelugpa et Sakyapa.
(wikipédia)
et dont voici l' enseignement donné lors de la retraite de 2017 ainsi que les principaux textes que nous avons utilisés:




  • Le Mahamoudra (2017) (Sixte Vinçotte)
  •  L'enseignement du samedi sera semblable...Et Sixte fera le lien entre la vacuité selon le bouddhisme (nous lirons le sutra de la Prajna Paramita: la forme est vide et le vide est forme ) et la physique quantique, un atome est constitué à 99.999...(10 ou 12 après la virgule) de vide, mais le vide, l'espace est plein...d’énergie et ce qui donne aux choses cet aspect solide et c'est cette énergie qu'il appellera karma ???
    Ce sera également une retraite silencieuse semblable à celles de Shiné ou Vipassana avec quelques petites différences:
    Pas de dîner le soir, juste un bouillon liquide ceci afin de respecter la tradition et le 6eme des 8 préceptes s'abstenir de manger après midi (14 h)


    éprouvant le besoin de manger, plus souvent après presque une semaine de jeûne intermittent de 21 heures chez Anne,  je me remettrais donc au petit déjeuner, tout en restant dans le jeûne intermittent de 16h (ce sera en fait 18 ou 19h) ...



    Aile Ouest , la place que j'ai choisie sous la protection de Tara...
    pour 7 heures de méditation par jour, chaque session d'une heure comportant plusieurs périodes de 10 à 12mn de concentration et 5mn de pause

    le matin on démarre par la prise des 8 préceptes avant le lever du soleil (voir le texte ici)
     puis chaque session par 3 mn de méditation sur le souffle puis la prise de refuge, avec 5 mn de méditation silencieuse avant les 4 pensées illimitées

    puis la méditation proprement dite...

    Tout cela est résumé dans cette page du Texte racine du Mahamoudra, par le premier Panchèn-Lama, Losang Tcheukyi Gyeltsèn : La route principale des triomphants

    et enfin les dédicaces qui ressemblent à celles ci (voir page 9)

    Et au moins une session une méditation de Tonglen prendre la souffrance d'autrui et donner sa lumière (voir ici

    Journée du dimanche, concentration sur le souffle pour apaiser le mental, peu de changement par rapport aux retraites Shiné (voir ici)
     si ce n'est la méditation des 9 rondes que Sixte nous présentera (voir ici) et dont voici la partie essentielle ...
    Sixte nous indiquera de se concentrer sur l'air qui entre et qui sort des narines, de compter au besoin, et si la concentration se relâche de revenir sur les mouvements de l'abdomen, plus facile à suivre d'après lui.
    Par contre quand le souffle s'amenuise et disparaît, ne pas chercher ailleurs ni à le faire réapparaître, mais observer l'absence de sensation, jusqu'à ce qu'il réapparaisse ...

    Journées de lundi et mardi: concentration sur l'esprit selon ce texte  déjà cité ci dessus La route principale des triomphants
    Nous fixons notre attention sur un point entre les 2 sourcils et y observons notre esprit...  les pensées qui surgissent, nous les observons et les laissons passer, ou nous pouvons leur dire "stop" .


    Nous observons également l'espace entre les pensées.


    Sixte nous aura indiqué d'imaginer le ciel bleu sans nuages et pendant nos pauses aller l'observer au dehors, ce que j'ai fait... 








    et en me le remémorant ensuite,  j'aurais retrouvé cette image mentale de ma précédente retraite shiné , peut être un peu plus lumineuse et plus nette


     devenue un moment presque comme ceci, 
    (une des photos prises dans le parc de l'institut)

    mais pour Sixte, il ne s'agit que d'une image crée par le mental, qui nous joue bien des tours... il faudrait visualiser un point lumineux bleu ( ou blanc la nuit) ou stabiliser les images en un seul point... mais ceci est une autre méthode de remplacement, à celle qui consiste à observer l'espace entre les pensées ...



    en me concentrant sur cet espace, j'observerais

    • que mon souffle vient souvent interférer et que j'arrive même à le ressentir à ce point entre les 2 sourcils
    • qu'il y a également de nombreuses sensations qui se manifestent, des sons comme le chant des oiseaux ou des bruits dans la salle ou quand j'ouvre les yeux des images des retraitants devant moi, et ... surtout...LES MOUCHES qui viennent perturber ma concentration en se posant sur mon visage, mes yeux, ma bouche ... et j'observerais que ce sont ces sensations qui ont produite la plupart de mes pensées
    • et d'autre part beaucoup de pensées liées à la méditation elle même 

    A ma question Sixte répondra que à force de concentration, nous pouvons ne plus ressentir toutes ces sensations, comme ces moines de la forêt qui peuvent rester des heures et des jours en absorption méditative sans rien ressentir...

    Si on choisit de se concentrer sur la lumière et qu'elle est floue, on n'essaie pas de forcer pour la rendre nette, on l'observe telle quelle et petit à petit elle deviendra nette

    on choisit une méthode ou l'autre, mais pas les 2 alternativement...

    Journées de mercredi et jeudi : méditation sur la vacuité

    Sur le thème "le JE" existe t'il de manière indépendante? 
    Sixte nous proposera d'imaginer que nous ayons eu une grosse émotion puis ensuite se demander, QUI EST CE JE ? avec une méditation analytique de ce style :

    Que je trouverais trop "intellectuelle" ...

    Moi je méditerais à partir du magnifique texte de notre sœur Giac Nghiem offert à la dernière retraite francophone (voir ici)
    encore que ce sera bien intellectuel également...  il faudrait que je ressente et non pas que je pense que l’élément terre /eau / air / feu/espace... est en moi et autour de moi ... et que donc je ne suis pas séparé du reste du cosmos ...

    La grosse émotion, ce sera ces mouches qui ont perturbé maintes fois ma méditation en venant se poser sur mon visage (ailleurs je pouvais supporter)...
    Est ce un "JE" indépendant qui ressens cette gêne ? évidement que NON (toujours de manière intellectuelle), mais la SENSATION  est bien réelle et franchement désagréable ... Sixte ayant évoqué des moines Tibétains s'étant fabriqué comme moustiquaires des voiles attachés à leur casquette, j'ai pu m'en protéger moi aussi en mettant mon pull sur ma tête et ressentir de la PAIX ! Mais ça ne m'a pas fait avancer sur la vacuité... 

    Cependant je continue à ressentir que ma méditation est bien impermanente, elle n'est jamais la même, et change  tout le temps,  dépendante de tas de phénomènes , comme les sons, les images, les mouches ... et que si je suis ici et maintenant à cette retraite en train de méditer, c'est aussi à cause de tas de causes et conditions elles mêmes dépendantes entre elles et avec d'autres causes et conditions...

    Je réalise aussi (à mon retour) que jusqu'à présent à l'inverse de bien d'autres,  j'ai été relativement protégé des sensations de douleurs pendant mes méditations... Ce mouches m'ont rappelé qu'ils me fallait aussi les travailler...