Sélection du message

Depuis mon départ à la retraite il y a 2 mois

Qu'ai je fait de mes journées? Rien ou presque rien , à première vue (de celles et ceux qui ne me connaissant pas, me voyaient m'...

2 novembre 2013

Retraite Vipassana du 1er au 14 octobre 2013 (6) Les pauses

C'est le 3eme temps fort de la retraite aussi important aux yeux du Vénérable Antonio si ce n'est plus que les 2 autres, l'assise et la marche.
(Voir Ici le commentaire de ma précédente retraite)
Il nous a recommandé plusieurs fois lors des enseignements et aussi lors de ses instructions d'avant les méditations assises, d'être également en Pleine Conscience pendant ces pauses.

Les pauses qui incluent les 3 repas, la toilette et le sommeil (nous nous couchions avant 21 h30 pour nous réveiller à 5h30 au son du gong... )   ainsi que le "karma Yoga" (la méditation du travail) qui consistera pour moi à assurer le plein d'eau chaude dans la machine, pour le Thé et les boissons chaudes.

Le sommeil, qui ne sera pour moi pas très facile à cause du froid malgré plusieurs couvertures... et qui faisait que je me réveillais souvent pour aller aux toilettes (3 ou 4 fois certaines nuits), mais je crois que j'ai eu quand même un sommeil réparateur

 La toilette, plutôt de chat...toujours à cause de ce froid...

Les repas...  J'avais décidé de refaire le "régime" de la retraite méditation et santé du mois d'aout et m'y suis mis dès le 4eme jour (le samedi)
 Le soir pas de problème...nous n'avions qu'une soupe de légumes avec du pain sur lequel, je ne mettrais pas d'huile d'olive, contrairement à la retraite précédente et à bien d'autres retraitants... assez facile car c'était de l'huile non bio venant de chez un hard discount du coin...

Le petit déjeuner donc dès le samedi, j'ai arrêté les tartines de beurre confiture, et le café, pour ne prendre qu'une tisane de romarin avec des pruneaux, du miel, et une pomme, que je pelais soigneusement (car non bio )
 ( le petit déjeuner du dernier jour, photo de Violette)

Le repas du midi cela a été le plus difficile, car beaucoup de bonnes choses préparées par Violette .
J'ai voulu gouter à tout mais en petites quantités... j'ai veillé à ne pas trop remplir mon assiette  ... un peu comme en sangha, pour les journées de Pleine Conscience ...

Et je m'appliquais pour chacun des repas à manger en pleine conscience en mâchant 30 fois au moins...
Et bien sur avant chaque repas, ma petite prière préférée...
"Puissent tous les êtres connaître le même repas que nous (dans les mêmes conditions de Paix et de Sérénité)
Puissent plus aucun être sur cette planète ne souffrir de la faim" 
 Et j'observais les autres qui pour beaucoup , en prenaient beaucoup trop, en me remémorant un des enseignements d'Antonio "observer ses désirs pendant les repas,son avidité, ce qui nous pousse à nous servir beaucoup plus qu'il n'en faut...pour compenser quoi ? le manque de communication? " mais en veillant à ne pas être dans le jugement ...

La plupart des repas à l’extérieur quand le temps le permettait pour profiter des rayons du soleil et de la nature

Ces temps de pause parfois très courts (une demi heure à peine pour certains) où nous pouvions nous remémorer les enseignements (ne pas le faire pendant les marches ou les assises, m’avait dit Antonio), où beaucoup d'entre nous se précipitaient sur les boissons puis ensuite juste avant l'assise aux toilettes (avons nous besoin de tant boire? nous demandera Antonio


Je le ferais aussi au début, puis ensuite consacrerais ces temps là (en dehors de mon karma yoga) à rédiger mes notes sur l'assise précédente, ou faire des tours de stupa + ou moins rapidement...

Et donc également réfléchir ou ... penser ...! aux enseignements, à faire le lien entre ceux ci et les méditations assises et marchées, à ce que je vais mettre dans mon blog à mon retour, à ce que j'attends de cette retraite, à tout ce qui peut y avoir de commun entre Vipassana, le Bouddhisme Tibétain, le Zen Vietnamien ou Japonais... De commun et de diffèrent aussi ... 


Ainsi quand Antonio me répondra au sujet du pardon que je peux difficilement donner, de le donner dans mes méditations du soir (les dédicaces) sans à le faire dans la réalité, et si je ne peux pas le faire d'observer mes résistances (il le répétera plusieurs fois les soirs suivants et aussi dans un de ses enseignements...)  les observer les diminuera...peut être... j'aurais eu l'impression que le bouddhisme Tibétain est plus déconnecté du monde que celui de Thay .
Impression encore confirmée quand il dira qu'un yogi qui va vivre en ermite dans sa grotte fait preuve de beaucoup de compassion et d'amour, dans sa pratique... même s'il est retiré du monde...
 Je comprends mieux ce que veut dire Bouddhisme engagé...

J'aurais beaucoup pensé aussi à moi même, à ma volition, à ce que je suis depuis mon adolescence, afin de poursuivre la recherche d'une meilleure compréhension de moi même, que je fais depuis plusieurs années...

 également beaucoup pensé, au pourquoi de mon désir de recevoir les 14 entrainements, quelle est ma volition, mes blocages, (je ne peux pas faire le premier pas)... et sur ce que je pourrais répondre à Murielle ma marraine 

Pour ma volition, le désir le plus profond qui est en moi, je n'aurais pas beaucoup avancé...  mais pour cette compréhension de moi même, j'aurais réalisé en m'observant pendant les marches et les assises, que comme on me l'avait souvent dit, j'intellectualise trop, que j'ai un gros mental (un gros égo?) qui ne lâche pas facilement prise.
Je suis bien trop intellectuel, comme le reste de ma famille me dira ma sœur à mon retour ... oui je le sais, ce sont mes graines de ma conscience du tréfonds venant de mes ancêtres génétiques .
Mais à l'inverse de ma sœur...je n'en suis pas fier ... Et ces graines j'ai envie qu'elles restent tout au fond de ma conscience du tréfonds ...

Ces graines quand elle s'élèvent dans ma conscience mentale, il me faut les observer avec la Pleine Conscience pour qu'elles retournent de là où elles viennent... Et c'est  le lâcher prise, qu'il me faut désormais travailler ... mais sans forcer mon esprit (l'esprit?) à le faire ... simplement en l'observant et en cultivant le contentement ... la Joie d'être ici et maintenant dans cette méditation.

Le rire (intérieur) que j'ai eu en me remémorant l'enseignement d'Antonio comparant l'esprit à un chat... m'a permis ce lâcher prise et de pouvoir me concentrer de nouveau...

J'ai réalisé également que je veux (mon esprit veut...?) tout contrôler, y compris ma respiration ... et qu'il ne fait pas ce qu'on veut qu'il fasse... 

Et enfin, grâce à la lecture tous les matins du Soutra du Cœur de la Compréhension Parfaite, j'ai compris enfin, quelle était la différence entre sensations et perceptions, appelés dans la version qu'on lisait "identifications".

1ere partie ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire